• Le mort à Venise

    Ôtez l'eau qui mouille vos cils,

    Ôtez-la, séchez votre peine,

    Ou vous remplirez des barils

    À la fin, pauvre madeleine...

     

    Ce nigaud, ce prince promis,

    Croit que vous tâtez un autre homme

    Dans son dos – l'un de ses amis,

    Alors vous pleurez, pauvre pomme...

     

    Vous voulez monter, je le sais,

    Vous consoler auprès des anges ;

    Allons ! Si je vous embrassais,

    Nous ferions de belles vendanges !

     

    N'attirez pas votre trépas

    Sur les fleurs de votre couronne,

    Pensez qu'il ne mérite pas

    Que vous soyez sa Desdémone !

     

    La rumeur a manipulé

    Cet Othello de bas étage ?

    Dès lors qu'il a capitulé,

    Prenez-moi comme un avantage ;

     

    Ôtez l'eau de chagrin du fond

    De vos mirettes si jolies,

    Venez, j'ai dans mon carafon

    Du vin pour mille ans de folies ;

     

    Laissez-le donc faire le mort

    À Venise, où son âme aigrie

    Se gondolera dans le port,

    Et que Cupidon nous marie !

     

     

     

     

    Le mort à Venise   Le mort à Venise

    pour la cour de récré de Jill Bill

    10298 © 2018

    « Mes nuits de rêveL'arène »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 5 Septembre à 00:22

    Bonjour élève Fabrice, ah il y a tjs quelque part un homme qui se sacrifie pour une femme, belle âme va, pas sans intérêt, avoir sa main et tout le reste !! Ce qu'on appelle le malheur des uns fait le bonheur des autres... Othello sois le bienvenu à la cour de récré, MERCI à toi, bises de m'dame JB wink2

      • Mercredi 5 Septembre à 01:10

        Bonsoir Jill,

        Il faut bien que quelqu'un puisse tirer son épingle du jeu, et je me dévoue pour cela ! Haha... 

        J'ai laissé plusieurs messages à Othello sur son répondeur, il fait le mort à Venise, pas sûr qu'il arrive à temps à la cour pour cette rentrée 2018. 

        C'est moi qui te remercie. Ravi de pouvoir à nouveau me lâcher sur les prénoms  !!! BISES.

        Fabrice

    2
    Mercredi 5 Septembre à 03:24

    C'est excellent Fabrice, un poème d'inspiration très shakespearienne. Bravo.

    Bises et mon mercredi

    3
    Mercredi 5 Septembre à 04:41
    colettedc

    Bravo Fabrice ! Superbe participation comme toujours, à relever ce défi !

    N.B. : Ce fond de blog est magnifique !!!

    Bon mercredi !

    Bises♥

    4
    Mercredi 5 Septembre à 06:44

    il y a des sanglots longs qui deviennent monotones, il y a ces gondoles à Venise qui nous mènent en bateau, et puis il y a "l'homme" plein de ressources qui sait tout consoler ... il faut savoir en profiter !

    amitié .

    5
    Mercredi 5 Septembre à 06:49

    Il est impossible qu'avec de tels arguments, elle ne se laisse pas séduire...Comment s'opposer à quelqu'un qui sait si bien dire?

    Heureuse de te lire à nouveau

    6
    Ed
    Mercredi 5 Septembre à 08:32
    Ed

    Bonjour Fabrice,

     

    Shakespeare ne manquait pas d'humour (anglais of course !). Toi non plus.

    Ce n'est qu'en seconde lecture que j'ai compris que le Maure de Venise est mort à Venise. Il fallait oser... et tu l'as fait !

    Et puis, si Desdémone a de beaux restes, pourquoi ne pas s'en contenter ?

    Merci pour ce sourire.

    7
    Mercredi 5 Septembre à 08:33
    Dédé

    Tourbillon de poésie, on gondole de plaisir. ;-) Bises alpines

    8
    Mercredi 5 Septembre à 08:43
    Sedna

    Belle envolée shakespearienne. Tu as une superbe plume. Effectivement, deux lectures s'imposent pour comprendre ton dessein ! bravo

    9
    Mercredi 5 Septembre à 09:49
    eMmA MessanA

    Ja go vers la douce Desdémone !

    Bien agréable, Fabrice, de lire un texte aussi fin...

    Belle journée,

    eMmA

    10
    Mercredi 5 Septembre à 09:56

    J'espère qu'elle entendra ton appel ; elle serait bien bête de s'inquiéter pour celui qui ne lui a pas fait confiance et qui a un petit pois dans la tête . Je sais que tu sauras la consoler !

    Un très beau poème en tout cas . Bonne journée

    11
    Mercredi 5 Septembre à 13:02
    LADY MARIANNE

    On ne peut qu'être sous le charme ; c'est si bien dit !
    bravo pour cette belle rentrée chez dame JB-
    bisous-

    12
    Mercredi 5 Septembre à 13:35

    Excellent , quelle envolée poétique pour cet Othello , un défi magnifiquement réussi mais c'est ton habitude je ne suis pas surprise .

    Bonne journée 

    Bises 

     

    13
    Mercredi 5 Septembre à 15:50
    Josette

    Magnifique rentrée des classes

    excellente interprétation pour cette "mort à Venise"

    14
    Mercredi 5 Septembre à 16:33
    Renée

    Ha cela fait quelque jours que je cherche ton blog Fabrice donc cela tome bien, il faut croire que je n'avais pas bien changé dans ma liste de blog amis sur mon propre blog j'y remédie de suite....voilà c'est fait.

    Excellent ton texte mais de toi le contraire n'est pas possible tellement tu nous régale ce qui me manquais ne te trouvant plus. Bisoussss

    15
    Mercredi 5 Septembre à 21:21

    Le prévenant cœur qui bat dans ta poitrine sait offrir la consolation aux femmes perdues et malheureuses...
    Une jolie ronde musicale. Comment ne pas y succomber pour enfin sécher ses larmes au mouchoir de ta compréhension.

    Belle soirée.

    16
    Mercredi 5 Septembre à 21:46
    DDD59

    Bravo pour ton poème shakespearien, heureusement que pour ma participation j'avais fait quelques recherches pour ne pas avoir l'air ignare sarcastic  Du coup j'ai reconnu le titre de la chanson de Sheila et Ringo he

    Ben oui c'est un peu comme Chateaubriand, j'ai mis longtemps à comprendre que ce n'était pas qu'un steak.

    Heureuse de te retrouver après cette longue pause.

    Bisous.

    Domi.

    17
    Vendredi 7 Septembre à 10:37

    Je souris à ta si belle écriture, quelle enchantement alors que je rêve d'aller à Venise...Bises

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :