• Le tiroir sans nom

     

     

    Dans ce tiroir sont rangés les textes suivants :

        À la bonne heure

        Beautés

        Comme un jour sans toi 

        Está nevando

        Il y a quelque chose qui cloche !

        Jusqu'à quand ?     

        La gagne

        L'échange

        Le dîner

        Les dimanches

        Les hirondelles

        Les petits riens

        Les rides 

        Mes nuits de rêve

        Nos antipodes

        Toi et moi   

        Zorro des autres

  • Toi,

    Le contour de mon ombre,

    La sueur de ma peau,

    La colle de mon pot,

    Les chiffres de mon nombre,

    Toi,

    Le lit de ma parure,

    Le sourcil de mon œil,

    La porte de mon seuil,

    La clé de ma serrure,

    Toi,

    Le sable de ma plage,

    La lune de ma nuit,

    La pulpe de mon fruit,

    Les rives de mon Tage,

    Toi,

    Le drapeau de ma hampe,

    La fleur de mon été,

    Le fer de ma santé,

    La flamme de ma lampe,

    Toi,

    Le drap de ma couchette,

    La mousse de mon bain,

    La croûte de mon pain,

    Les dents de ma fourchette,

    Toi,

    Le Ken de ma Barbie,

    Le Quai de mon Orsay,

    La Sand de mon Musset,

    La Sucy de ma Brie,

    Toi,

    Le volcan de ma lave,

    La beauté de mon grain,

    La gare de mon train,

    Les grands crus de ma cave,

    Toi,

    Le Prévert de mon cancre,

    Le Prix de mon Nobel,

    La Tour de mon Babel,

    La Chine de mon encre,

    Toi,

    Le bonbon de mon rose,

    La rose de mes vents,

    La foi de mes fervents,

    Les lignes de ma prose,

    Toi,

    Le Soissons de mon vase,

    Le jardin de mon nain,

    La paume de ma main,

    La laine de ma gaze,

    Toi,

    Le faîte de ma gloire,

    L'étoile de ma mer,

    La terre de mon ver,

    Les châteaux de ma Loire...

     

    Et moi,

    Que suis-je donc pour toi ?

    Moi,

    Qui t'aime et te regarde

    T'éloigner doucement,

    M'oublier sûrement...

    Je t'aime et te regarde.

     

     

     

     

    Toi et moi

    10318 © 2018


    13 commentaires
  • C'est la nuit que je vole,

    Que je plane au-dessus du temps ;

    Je vole

    Dans des zéphyrs virevoltants.

     

    À l'horizon, point de frontière !

    Le voyage semble infini,

    Et j'embrasse la lune entière

    Qui me suit en catimini...

     

    C'est la nuit que je laisse

    Sous les draps froids tes bras absents ;

    Je laisse

    Dormir en eux mes mauvais sangs.

     

    Au bout de mes ailes j'accroche

    Les fanions de la liberté,

    Et le paradis se rapproche

    À l'heure où tu m'as déserté.

     

    C'est la nuit que je cherche

    À triompher de notre mort ;

    Je cherche

    Un petit peu de réconfort.

     

    Les mille et un corps que j'arpente

    Dans ton dos célèbrent le mien...

    Et tant pis si mon cœur déchante,

    Puisque tu m'ouvres moins le tien.

     

    C'est la nuit que je joue

    À m'éloigner de ton chemin ;

    Je joue

    À des bonheurs sans lendemain.

     

    Le jour qui revient me confisque

    Mes tickets, mes laissez-passer.

    Et nous tournons sur un vieux disque

    Que j'aimerais oser casser.

     

     

     

     

    Mes nuits de rêve

    10288 © 2018


    22 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique