• Les dimanches

    L'après-midi se penche

    Tel un arbre épuisé

    Sur un autre dimanche

    Qui s'est amenuisé.

     

    Et tout se pellicule

    D'un linceul empourpré.

    Et tout se crépuscule

    Autour du petit pré.

     

    Phébus, blasé, s'épanche

    Sur sa course à vau-l'eau ;

    L'avant-soir le démanche,

    L'éparpille au tableau

    Du ciel de la vallée

    En poussière étoilée.

     

    L'après-midi n'est plus

    Qu'une braise mourante

    Dévalant le talus

    Jusqu'au fleuve amarante.

     

    Que les courants matois

    L'avalent sans attendre ;

    J'ai hâte que les toits

    S'aubent de rose tendre !

     

    Les dimanches complus

    Dans leur mornes silences

    Toujours plus absolus

    Dérèglent mes balances ;

    Ils me laissent marri

    Pour être à ton mari.

     

     

     

     

    Les dimanches

    10268 © 2018

    « Nos antipodesLes hirondelles »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 12 Juillet à 15:55
    LADY MARIANNE

    bonjour !
    un design plage et vacances ! c'est joli, on peut s'évader-
    contente de te lire à nouveau-
    marri- mari ! un couple qui s'ennuie !
    qu'ils fassent de la planche à voile !
    bonne fin de semaine- bisous-

      • Mercredi 18 Juillet à 01:42

        Coucou Lydie,

        Oui, plage et vacances ! De circonstance ! Même si le texte est un peu moins gai que ça... Mais la vie a ses défauts, aussi.

        Bises et bon mercredi à toi. Merci.

        Fabrice

    2
    Jeudi 12 Juillet à 15:57
    Ah les dimanches, j'ai écrit aussi sur le sujet.. Jolies joutes. Bravo pour votre talent qui ravit mon regard
      • Mercredi 18 Juillet à 01:45

        Bonsoir Sedna,

        C'est si gentil de venir lire et de me dire cela. Merci. 

        Fabrice

    3
    Jeudi 12 Juillet à 17:35

    ah ces longs dimanche qui n'en finissent plus ... Juliette Greco chantait "Je hais les dimanches" et toi tu les mets en vers (très bien tournés du reste) ... pour dire pareil sur le fond ... le mal-être du solitaire ...

    amitié 

      • Mercredi 18 Juillet à 01:47

        Bonsoir Marie-Claude,

        Figure-toi que je ne pouvais pas ne pas penser à cette chanson. À ma façon, je hais aussi certains dimanches ! Enfin, pas comme dans le texte, ici, puisque je n'ai pas vécu cette histoire-là... 

        Merci à toi. Bises.

        Fabrice

    4
    Jeudi 12 Juillet à 17:36

    Je me suis attardée sur le sable mouillé, la tentation était grande...Puis d'un regard, j'ai plongé sur tes dimanches... Mon sourire a retroussé ses manches à la lecture de tes silences...Bises

      • Mercredi 18 Juillet à 01:50

        Bonsoir Graziella,

        J'avoue que l'image est belle, et je n'y suis pour rien. J'avais voulu une image estivale, qui rime avec vacances et évasion... Quant aux dimanches ici contés, eh bien, on aimerait ne jamais les vivre. 

        Merci à toi. Bises.

        Fabrice

    5
    Jeudi 12 Juillet à 18:08

    Que j'aime à te lire Fabrice, c'est si beau, comme ton fond que j'adore !

    Merci du partage Bisous++++++++++

      • Mercredi 18 Juillet à 01:54

        Coucou Ghislaine,

        Ne me remercie pas, ou plutôt, c'est moi qui te remercie de venir me lire et de me faire part si gentiment de ton ressenti. 

        Bisous (en espérant que tu passes un bel été)

        Fabrice

    6
    Jeudi 12 Juillet à 20:36

    Superbe Fabrice avec un brin de nostalgie. Tu sais les coucher de soleil sont souvent un régal, notamment dans mon île.

    Bises et bonne soirée

     

     

     

      • Mercredi 18 Juillet à 01:58

        Coucou Zaza,

        Je ne doute pas une seconde que ton île connaît de beaux couchers de soleil. J'ai toujours beaucoup aimé ce moment où le soleil flamboie à l'horizon avant de capituler. Et le crépuscule qui suit aussi.

        Après, quand on est malheureux ou triste, il peut arriver qu'on y soit moins sensible (parce qu'on a la tête à autre chose).

        Merci pour le partage. Bises.

        Fabrice

    7
    Vendredi 13 Juillet à 16:35

    « L'après-midi se penche / Tel un arbre épuisé »el un arbre épuisé

     

    « Et tout se crépuscule / Autour d'un petit pré. »

     

    « J'ai hâte que les toits / S'aubent de rose tendre »

    J'ai hâte que les toitsAutour du petit pré.

     

    Ah ! Fabrice ! Ces vers, j'aurais tant aimé les écrire !

      • Mercredi 18 Juillet à 02:03

        Mais tu en écris d'autres qui me rendent jaloux aussi yes

        Merci à toi, poète !

        Fabrice

    8
    Lundi 16 Juillet à 22:34
    colettedc

    Ah ! J'♥ les dimanches ! J'ai connu l'ennui seulement une fois dans ma vie un dimanche après-midi. Toute jeune encore, je venais de quitter la campagne pour la ville ... 

    Bonne toute fin de ce jour, Fabrice !

    Bisous♥

      • Mercredi 18 Juillet à 02:04

        Quelle chance, Colette, de n'avoir pas tant connu l'ennui ! Et quand le manque s'y met, ça devient lourd.

        Bon mercredi à toi, merci. Bises.

        Fabrice

    9
    Mercredi 18 Juillet à 08:08

    Bonjour Fabrice depuis que nous sommes pensionnés je ne vois plus de différences entre les jours " de semaine " ou "de vacances ", il y a juste le lundi pour aller au magasin ! C'est triste quand même ! Mdr

    Le soleil n'est pas franc ce matin, et hier a ètè bien plus agréable que je l'aurais cru, il y a eu un petit vent toute la journée qui temporisait la montée du thermomètre !

    Je crois que nous allons avoir de l'orage, çà ne peut que faire du bien, si il sont normaux et pas ultra violent comme pafois!

    Bisous bon mercredi Fabrice et gros bisous !

      • Mercredi 18 Juillet à 14:45

        Bonjour Chantal,

        Ne plus faire la différence entre la semaine et le weekend, ça peut être intéressant malgré tout, à condition d'avoir une vie de retraité(e) bien remplie. L'ennui, le manque, la frustration, ces choses liées à la solitude sont celles qui minent le moral, qu'on soit jeune, moins jeune, vieux, en activité ou en retraite... 

        Soleil mitigé sur Paris, mais impression de beau temps néanmoins et température idéale (ni frais ni trop chaud)... Pour l'instant, l'été remplit bien son contrat... (on verra ce que sera août, il paraît que l'humidité sera plus importante... Il paraît ! Qu'importe, ça sera l'été quand même, et autant en profiter, à la plage, en ville, à la montagne, à la campagne, car l'automne viendra bien assez vite)

        Bisous, belle journée.

        Fabrice

    10
    Mercredi 18 Juillet à 11:33

    coucou Fabrice 

     tiens  tu surfes sur l'été

     mais le dimanche est long mdr

     joli poème et quand le rose domine j'♥

    bel été

     avec un peu d'exercices mdr

     bisous

     

      • Mercredi 18 Juillet à 14:48

        Hello Fruita,

        Je surfe, je surfe... Façon de parler ! Tu sais bien que le sport et moi... (rire). Mais il y a bien d'autres manières de surfer, n'est-ce pas, la preuve ! En tout cas, surfer sur des dimanches ennuyeusement longs, ça, je ne le souhaite à personne. Ainsi parfois, on a hâte de revoir l'aube rose d'un lundi. Eh oui, tout arrive !

        Merci à toi. Bel été. Bisous.

        Fabrice

    11
    Il y a 4 heures

    J'aime beaucoup le début de ton poème...Merci !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :