• Les mois sombres

    Et l'été descend lentement

    La pente des jours qui se rognent,

    Tutoyant son abattement

    Au ras des gazons qui s'ivrognent ;

     

    Les sols, de plus en plus souvent,

    Boivent les chagrins des nuages,

    La saison bleue entre au couvent

    En emportant dans ses bagages

    La douceur des soirs que j'aimais

    Et leurs parfums que je humais.

     

    À mon tour aussi je chemine

    Vers mes mondes d'enfermement ;

    Le téléviseur me domine,

    Le lit m'attache fermement.

     

    S'ils me laissent dans la journée

    Partir beurrer mes épinards,

    Lorsque s'achève ma tournée

    Je tombe dans les traquenards

    Qu'ils me tendent au crépuscule

    Du haut de ma chaise à bascule ;

     

    Durant les mois sombres je vis

    De mes trésors de patience,

    Certain qu'il reviendront ravis

    Les oiseaux de l'insouciance.

     

     

     

     

    Les mois sombres

    10328 © 2018

    « Toi et moiJeanneton et les garçons »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 21 Septembre à 08:50

    Une douce mélancolie, qui "finit bien" !

    2
    Vendredi 21 Septembre à 09:39

    Bonjour Fabrice, ah c'est vrai qu'on mettra en mode pédale douce, piano piano, dehors n'a plus rien d'attirant... mais ne pas se laisser sombrer tout de même dans la déprime de saison... hein wink2 bel automne mon enfant, bises, jill

    3
    Vendredi 21 Septembre à 09:52

    Chez nous il fait encore très chaud pour une fin septembre et c'est très sec.Mais quelle déprime ! Tu termines par une lueur d'espoir quand même...Allons courage!

    4
    Vendredi 21 Septembre à 09:56

    Et pourtant l'automne flamboyant comporte mille plaisirs. Mais il est vrai que la mélancolie des jours d'été nous envahit parfois. Mais il ne faut pas se laisser intimider! Bises alpines et belle journée

    5
    Vendredi 21 Septembre à 10:25
    LADY MARIANNE

    Bonjour !!
    un peu mélancolique notre Fabrice---   l'automne s'installe--- les feuilles tombent--- non pas les maillots-- là c’est l'inverse-
    tant que le soleil est là ça va pour moi- pas de baisse de moral---
    le cycle de dame nature qui parfois est chamboulé-
    bonne fin de semaine- bisous-
    contente de te lire--

    6
    Vendredi 21 Septembre à 14:24

    C'est de saison Fabrice même si les températures sont encore douces. Comme on le dit en breton , nous allors aborder les mois noirs (mizdu). C'est ainsi et dans quelques temps le printemps renaitra !

    Bises et bon vendredi

    7
    Vendredi 21 Septembre à 16:49
    colettedc

    Oui, l'été tire sa révérence mais, nous entrons en automne avec tant de magnifiques coloris pleins de vie. Suivra l'hiver avec son éternelle blancheur scintillante de peites étoiles brillantes : quelle lumière puis, ce sera le printemps prometteur d'un autre été de rêve !!!

    Bel après-midi de ce vendredi Fabrice !

    Bises♥

    8
    Vendredi 21 Septembre à 16:53
    renee

    Une douce manière de nous introduire ces mois que l'on aime pas. Bisousssss

    9
    Vendredi 21 Septembre à 22:15

    les mois sombres sont pour moi un éveil à une autre sorte de vie, loin de m'endormir ils me font redécouvrir l'intérieur et ses mystères qui tout en me protégeant du froid hivernal, me donnent à construire l'âme du logis ...

    n'empêche que ton poème est très beau !

    amitié 

    10
    Samedi 22 Septembre à 09:48

    L'automne offre aussi sa flamboyance, sa rousseur incomparable.. de belles promenades à envisager avant l'hibernation !

    11
    Samedi 22 Septembre à 22:31

    L'automne caresse notre mélancolie avec le dos de la main: sans s'en rendre compte. C'est une pitié qui nous désole, qui nous blesse toujours un peu. Et cette litanie de jours qui diminuent sans demander notre avis... nous fait rentrer, la mort dans l'âme, dans notre coquille.
    Je n'ai jamais aimé cette douloureuse transition.

    Eh! Poète, ne te laisse pas emporter par ce tourbillon...

    12
    Dimanche 23 Septembre à 14:00
    celestine

    Mélancolie saisonnière... L'automne inspire les poètes.

    Tu n'échappes pas à la règle

     ¸¸.•*¨*•

    13
    Mercredi 3 Octobre à 11:39

    Une douce mélancolie qui tourbillonne comme prochainement les feuilles d'automne... J'aime chaque saison qui au coeur raisonne...Bises

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :