• Plus le soir se rapproche

    Plus le soir se rapproche,

    Plus je crains de pleurer ;

    Chaque heure qui m'accroche

    Semble moins s'inspirer

    De mes jeunes folies

    Lentement dépolies.

     

    À midi moins le quart,

    Le soleil cogne encore.

    Je guette un train, un car...

    Une brise picore

    Mes perles de sueur.

    D'où vient cette lueur ?

     

    Cette lueur étrange

    Qui lézarde l'azur,

    Qui m'éclaircit la frange,

    Qui jette sur le mur

    Autant de jour que d'ombre...

    Quelque chose m'encombre.

     

    À quatorze heures vingt,

    Aimer se détricote,

    Boit l'amer de son vin ;

    S'il a toujours la cote,

    Mon cœur se fait avoir.

    J'entends presque pleuvoir.

     

    Quand l'aurore était tendre

    Au-dessus des coteaux,

    Quand je pouvais prétendre

    Aux plus grands des châteaux,

    J'entrevoyais l'Espagne

    Au bout de ma campagne.

     

    J'entrevois maintenant,

    Par des rouges trouées,

    Les rides du ponant

    Une à une avouées.

     

     

     

     

    Plus le soir se rapproche   

    pour les défis écriture de Ghislaine

    10108 © 2018

    « Dulac juniorLa gagne »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 8 Mars à 05:10
    colettedc

    Superbe participation à relever ce défi, Fabrice !

    Mille et un bravos !

    Bonne journée !

    Bises♥

      • Jeudi 8 Mars à 06:13

        Mille et une bises, Colette ! (ça risque de prendre un certains temps, tout de même happy). En tout cas, MERCI.

        Belle journée aussi à toi.

        Fabrice

    2
    Jeudi 8 Mars à 07:21
    Chantal

    Bonjour Fabian...C'est chouette cette écriture sur commande, je suis venue te faire un ti coucou et t'offrir toute mon amitié en cette journée qui s’annonce moins glacial, ils annoncent un peu de soleil et il fait encore froid, mais c'est bien plus gaie quand le soleil est la !

    Je te souhaite un magnifique jeudi.. et te fait de gros bisous ♥

      c'est bien plus gaie quand le soleil est la ! Je te souhaite un magnifique jeudi.. ♥

      • Vendredi 9 Mars à 18:20

        Coucou Chantal. Oui, une écriture sur commande, c'est vrai que c'est un peu ça, disons, une écriture orientée. Mais tu sais, avec les mêmes mots, il n'y a que des participations très différentes les unes des autres, c'est la magie de la diversité.

        Merci à toi. Le soleil est un peu maquillé par les giboulées, par moments, mais il ne fait pas froid.

        Bises, merci à toi. Bon weekend.

        Fabrice

    3
    Jeudi 8 Mars à 07:57

    Coucou Fabrice. C'est bien de rêver aux châteaux en Espagne mais les rides du ponant, c'est encore mieux! Quelle belle poésie, douce, fluide, légère, un peu nostalgique mais qui fait du bien à l'âme. Belle journée et bises alpines.

      • Vendredi 9 Mars à 18:25

        Les rides du ponant, dans le crépuscule, ont sûrement beaucoup de charme quand on sait accepter ce qu'elles sont. Après, j'avoue que je ne les vois pas encore, je suis à midi.

        Bon weekend dans les Alpes, donc. Merci. Bises.

        Fabrice

    4
    Jeudi 8 Mars à 08:02
    eMmA MessanA

    Implaccable temps qui passe (et qui peut toutefois repasser....)

    Belle journée sans tracas informatiques si possible.

    Je t'embrasse,

    eMmA

      • Vendredi 9 Mars à 18:26

        Je ne savais pas que le temps pouvait repasser, eMmA. Mais je veux bien te faire confiance smile

        Bon weekend, bises. Merci. Confirmation : ma connexion a bien été piratée, sans doute par l'un(e) de mes voisin(e)s. Mais j'en ai tellement que je ne saurai pas qui.

        Fabrice

    5
    Jeudi 8 Mars à 08:52

    Hello Fabrice,

    Merci de cette participation poétique, porteuse de rêves, mais aussi de concret......

    Le mélange se fait douceur pour mon plus grand plaisir , merci .

    J'espere que tu n'aura spas d'ennuis avec piratage...........

    J'ai eu ma CB piratée l'année derniere(dur dur)

    Bonne journée Fabrice

      • Vendredi 9 Mars à 18:28

        Coucou Ghislaine,

        Il faut rêver, de toute façon, on ne peut pas s'en empêcher.

        Piratage de la CB, j'ai déjà eu droit à ça. Pas terrible, mais la banque a remboursé la somme dilapidée depuis... New York !

        Bon weekend à toi, merci. Bises.

        Fabrice

    6
    Jeudi 8 Mars à 10:41

    On se laisse porter par tes mots cher ami-poète merci à toi...
    ps : suite à ton com, l'une de mes chansons préférées également :-)

      • Vendredi 9 Mars à 18:29

        C'est moi qui te remercie, Joëlle. 

        Ah oui, "la Dame brune". Tu sais qu'après être parti de chez toi, je l'ai réécoutée, c'était trop beau.

        Bon weekend à toi. 

        Fabrice

    7
    Jeudi 8 Mars à 11:27

    Non ce n'est pas un nouveau blog !

    je l'ai depuis juillet 2016

    C'est juste que tu ne le connaissais pas !

    J'y met mes créations sur ce blog..........

    Merci d'être passé Fabrice.

      • Vendredi 9 Mars à 18:30

        Oui, c'est vrai, je ne le connaissais pas et en le feuilletant un peu, je me suis rendu-compte qu'il n'était pas neuf, en effet.

        Mais je t'en prie. Merci à toi. Bises.

        Fabrice

    8
    Jeudi 8 Mars à 12:00

    Bravo Fabrice, Un défi en poésie très bien mené.

    Bises et bon jeudi

      • Vendredi 9 Mars à 18:31

        J'admets que les mots m'ont bien inspiré. 

        Bises et bon weekend. Merci.

        Fabrice

    9
    Jeudi 8 Mars à 15:30

    Un très beau texte Fabrice . Mince pour ce piratage alors que justement tu as un nouveau blog! Bisousssss

      • Vendredi 9 Mars à 18:32

        Merci Renée.

        Pour le piratage, je pense que ce n'est pas très grave. Je ne sais pas, en revanche, si j'ai été piraté jusque dans mon e-mail, là, ce serait plus ennuyeux, parce que tous mes contacts pourraient être impactés.

        Bises. Bon weekend.

        Fabrice

    10
    Jeudi 8 Mars à 15:51

    quand le jour se décline avec autant de rimes qu'il est bon de s'y laisser bercer sans se dire qu'ainsi il en est de la vie ...

    amitié .

      • Vendredi 9 Mars à 18:33

        Eh oui, Marie-Claude, ainsi va la vie, du début à la fin, elle réalise une course que seule la mort peut arrêter.

        Bises à toi. Bon weekend.

        Fabrice

    11
    Jeudi 8 Mars à 16:54

    J'aime beaucoup ce voyage  poétique sur le fil du  temps qui passe .

    Pas drôle d’être piraté .

    Bonne fin de journée 

    Bisous 

      • Vendredi 9 Mars à 18:34

        Le temps qui passe m'a toujours inspiré, Gisèle. J'écrirai encore sur ce thème, c'est sûr. J'espère seulement que je ne me répéterai pas trop (mais ce n'est pas gagné).

        Bon weekend. Bises & merci.

        Fabrice

    12
    Vendredi 9 Mars à 03:05
    kprice

    Regarder le temps qui passe, et heure après heure tournent les aiguilles, emportant les rêves et s'installe la mélancolie ...

    C'est de la douceur chez toi ... j'aime !

    Bises Fabrice ... (ok, si on me demande 3 milliards pour te libérer, je sais maintenant que ce sera une arnaque happy .... courage wink2 )

      • Vendredi 9 Mars à 18:37

        Oui, la mélancolie, kprice, s'installe avec la course du temps... Et la nostalgie avec. Mais à travers les trouées rouges, il y a encore de la lumière, c'est ce qu'il faut regarder. On trouve toujours quelque chose, même dans l'obscurité d'ailleurs.

        Bises et merci à toi. Je ne pense pas que le montant de la rançon serait pour moi si élevé hahaha 

        Fabrice

    13
    Vendredi 9 Mars à 10:36

    Bonjour Fabrice,

     

    "Quand l'aurore était tendre

    Au-dessus des coteaux..."

     

    Si je ne devais retenir qu'un passage de ton poème, ce serait celui-là.

    A bientôt.

     

     

      • Vendredi 9 Mars à 18:39

        Ce que je peux bien comprendre, on aimerait tous retrouver l'aurore, quand on ne l'a plus, on se dit qu'elle fut bien courte, qu'on n'en a pas profité suffisamment happy

        Merci de ta lecture.

        Fabrice

    14
    Vendredi 9 Mars à 15:19
    celestine

    L'amour au vent du large

    et des désillusions

    Comme tu manies bien ta plume vagabonde !

    <style type="text/css"></style>

    ¸¸.•*¨*• ☆

     

      • Vendredi 9 Mars à 18:40

        Mais pourquoi faut-il que les désillusions existent ??? Il y a des fois, je rêve que je vis dans mes illusions jusqu'au bout. C'est bien, mais il y a toujours un réveil quelque part... C'est ainsi.

        Bises, merci, Célestine. 

        Fabrice

    15
    Vendredi 9 Mars à 15:30

    Bonjour Fabice,

    Le temps passe pour chacun de nous. Pour ma part, j'ai appris à compter à l'envers. Je me dis : il me reste encore ceci, encore cela... et les rides rendent un visage si touchant ! Je suis contente de te retrouver. Douce soirée à toi. Bises. Joëlle

      • Vendredi 9 Mars à 18:43

        Bonsoir Joëlle, 

        je suis bien heureux de t'accueillir. Merci de ta visite.

        Je crois que je vais commencer, dans pas si longtemps, à compter à l'envers. Il est encore midi (passé de quelques minutes), mais je sais que l'après-midi passera assez vite aussi, alors...

        Les rides racontent une histoire, celle de celui ou celle qui les porte. Je viens d'écrire un texte sur ce sujet, que je devrai publier ici d'ici peu.

        Merci à toi. Bises. Et bon weekend.

        Fabrice

    16
    Vendredi 9 Mars à 22:17
    Mandrine

    Il est bon parfois d’entrouvrir les portes des blogs, merci le récapitulatif de Ghislaine

    defi rondement mené 

    j’ai beaucoup aimé 

    bonne soirée 

    amicalement

    Mandrine

      • Samedi 10 Mars à 04:22

        Merci Mandrine. C'est gentil de passer grâce au récapitulatif de Ghislaine, poser ton regard sur mes petits mots.

        Bon samedi, bon weekend.

        Fabrice

    17
    Lundi 12 Mars à 20:42

    " Aimer se détricote ", c'est si joliment dit ! une belle histoire qui s'effiloche un jour pour laisser le coeur à nu ; douloureux mais tellement dans nos vies, hélas ! 

    Un beau poème Fabrice, bises

      • Mardi 13 Mars à 00:20

        Parce que la vie s'effiloche, Balaline. C'est une point de vue personnel, je te l'accorde, mais on construit tout au long de sa vie, pendant que celle-ci déconstruit doucement, sans faire de bruit, jusqu'au coup de sifflet final. C'est compliqué, la vie, quand on y pense.

        Bises, merci.

        Fabrice

    18
    Réjane
    Jeudi 15 Mars à 08:41

    Une douce nostalgie dans ce joli texte, rempli d'images et d'expressions superbes, de quoi cueillir plus d'un lecteur. Bravo !

      • Jeudi 15 Mars à 23:55

        Réjane ! Bien content que tu sois passée yes pour être cueillie, donc, mais pas comme une pomme hein ! Merci à toi. J'essaie de m'appliquer, parce que tu sais, notre ami Pierre veille (sourire) et ne me ratera pas (re-sourire). 

        Bises.

        Fabrice

         

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :