• Suite à des remarques de plusieurs d'entre vous

    concernant le fond de la page qui empêchait une lecture

    claire des textes (ceux-ci se fondant dans les branches

    de mon cerisier en fleurs), j'ai remis temporairement

    l'ancien habillage, jusqu'à ce que je trouve un qui

    convienne.

     

    En espérant que ce sera mieux ainsi. N'hésitez pas à

    me le faire savoir, sinon. Merci de votre attention.

     

    Fabrice


  • Je mets les pieds dans le plat...

    Et les carottes sont cuites !

    C'est fait, je suis chocolat,

    Fondu, noyé dans tes truites.

     

    Fous de tes petits oignons,

    Mes yeux de merlan frivole

    Enflent comme des brugnons,

    Et la vapeur vole, vole...

     

    Il prend forme, le buffet ;

    Le dîner sera parfait.

     

    Je tombe dans la marmite

    Où frémissent tes bécots

    Qui me saisissent bien vite ;

    C'est la fin des haricots.

     

    Il a du pain sur la planche,

    Ton si véloce couteau,

    Mais il a l'art de la tranche !

    Me voici sur ton plateau,

     

    Cuit à cœur, tout beau, tout rose,

    Qu'une sauce blanche arrose.

     

    Ton palais de fin gourmet

    Vaudra toujours la visite,

    Ma tendreté s'y soumet ;

    Que ton appétit m'invite !

     

    Voir ta langue de visu

    M'émoustille jusqu'au centre.

    Pourvu que tu n'aies pas eu

    Les yeux plus gros que le ventre !

     

     

     

     

    Le dîner

    10248 © 2018


    42 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires