• Courant de vie

    Le cours d'eau et le fleuve humain 

    Tout doucement va la source,

    Serpentant dans la forêt.

    Sans atteindre la Grande Ourse,

    Et ce n'est pas un secret,

    Elle élève vers les nues

    Chaque arbre qu'elle nourrit ;

    Faune et flore, entretenues,

    Dans sa ligne ont un abri.

     

    D'elle naît d'abord la sève.

    Puis la fleur, et puis le fruit.

    L'animal trouve sa fève,

    La vie amène son bruit...

     Pour en savoir davantage sur l'artiste Mona Caron et son travail, un clic ici 

    Moins doucement va la foule,

    Cheminant dans la cité.

    Torrent de sang chaud qui coule

    Avec efficacité,

    Elle élève vers les nues

    Chaque ambition qu'elle étreint,

    Se trace des avenues

    Qu'elle irrigue à fond de train.

     

    D'elle naît d'abord le monde.

    Puis la guerre, et puis l'espoir.

    L'Homme sème dans la ronde

    Sa vie, entre rose et noir...

     

    Du sous-bois jusqu'à la ville,

    De la rue à la forêt,

    Mona Caron se faufile

    Et son pinceau parle vrai ;

    Elle les peint symétriques

    Le cours d'eau, le fleuve humain,

    Les branches vertes, les briques,

    Sur la route de demain.

     

    Un même courant de vie

    Dans deux environnements,

    Un même courant de vie

    Dicte tous les mouvements.

     

     

     

     

    Le cours d'eau et le fleuve humain   Le cours d'eau et le fleuve humain

    20740 © 2020

    « À mon ami noirMadame »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 25 Juin à 12:34

    Bonjour Fabrice, notre vie entre rose et noir, oui, les tagueurs ou gens de la fresque, art street, essayent de la rendre multicolore cette ville... ville de béton, d'acier, de verre ou le vert n'est pas le jungle luxuriante... ,-) heureux jeudi, bises, jill

    2
    Jeudi 25 Juin à 17:20

    Oui l'homme sème dans la ronde sa vie entre le rose et  noir . J'aime beaucoup l'interprétation de cette peinture qui garde en mémoire sur les murs de la ville ,  cette nature aux accents de liberté  faisant face aux flots de la foule .

    Bon jeudi 

    Bises 

    3
    Jeudi 25 Juin à 17:23

    Je viens de cliquer sur les liens , c'est superbe cette façon de faire fleurir la pierre .

    4
    Jeudi 25 Juin à 21:33
    colettedc

    Comme c'est BON ce que tu décris et dis, Fabrice ! 

    Et, une excellente conclusion ! Bravo !

    Bonne soirée,

    Bises♥

    5
    Jeudi 25 Juin à 21:36

    les deux se font écho, et la fresque et le poème jonglant ensemble au rythme du ruisseau qui fait germer la vie  ... les deux parcours ont leur importance  ... 

    amitié .

    6
    Vendredi 26 Juin à 09:10

    Un courant de vie entre rose et noir entre les deux le chemin de l'espoir !

    7
    Vendredi 26 Juin à 15:30
    Renée

    Très belle interprétation Fabrice pour ce défi bravo. Amitiés

    8
    Vendredi 26 Juin à 15:34
    daniel

    Tout  est très bien , le poème et l'oeuvre Mona Caron. Je rêve de villes où la nature serait omniprésente avec des fleurs, des cascades et  des  oiseaux qui chantent !!

    C'est pour bientôt !

    9
    Vendredi 26 Juin à 17:38

    Très belle cette fresque...et le poème aussi....

    10
    Dimanche 28 Juin à 17:40
    L'humain détourne si souvent la source... Très bel artiste
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :