•  

    En écoutant Stephan Eicher,

    Il déjeune en paix, lit le Monde,

    Dans son havre du Loir-et-Cher

    Où jamais nulle foule abonde.

     

    Il déjeune en paix, lit le Monde...

    N'espérez pas qu'il vous réponde !

     

    Fini le placard à balais

    Du Boulevard du Montparnasse,

    Maintenant qu'il a son palais,

    Confinement n'est plus grimace.

     

    Du Boulevard du Montparnasse,

    Rien ne lui manque, quoi qu'il fasse !

     

    Paris, c'est étouffant, trop cher ;

    Au vert, monsieur télétravaille.

    Vous l'enviez, ce brave Eucher,

    Vous, dans le bruit et la grisaille.

     

    Au vert, monsieur télétravaille...

    Vos studios ne sont pas de taille !

     

    L'été revient de son exil,

    Vous rêvez d'air, de grands espaces,

    De ne plus porter qu'un seul fil

    Pour aller dorer vos carcasses.

     

    Vous rêvez d'air, de grands espaces,

    D'y requinquer vos mines lasses...

     

    Vous l'enviez, ce brave Eucher,

    Qui déjeune en paix, lit le Monde...

    Mais non ! Pas pour son Loir-et-Cher !

    Vous préférez Var ou Gironde.

     

     

     

     

    Eucher au vert   Eucher au vert

    21151 © 2021


    13 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires