• Le tiroir aux défis

     

     

    Je participe (plus ou moins assidûment) à ces ateliers :

        La cour de récré de Jill Bill

        Les Défis écriture de Ghislaine

        Mil et une

     

    Pour un rappel des consignes, il suffit de cliquer sur le logo de l'atelier concerné situé au bas de chaque texte.

     

    Dans ce tiroir sont rangés les textes suivants :

        Ça casse   

        Dulac junior

        La chatte sur son soi brûlant

        L'arène

        Le mort à Venise

        La polissonne

        Le pitre

        Le zinzin

        Plus le soir se rapproche

        Romanella

        Tu sens la mort

  • Le cœur d'Irène

    Est une arène.

    Il faut être bon gladiateur,

    Vaillant, téméraire – elle adore.

    Si vous n'êtes qu'un imposteur,

    Vous ne passerez pas l'aurore.

     

    Lancez-vous, prenez le taureau

    Par les cornes ! Folle gageure ?

    Si vous pliez comme un poireau

    Sous la bourrasque, quelle injure

    Faite à son cœur,

    Soyez vainqueur !

     

    Le cœur d'Irène

    Est une arène

    Qui fait la part belle aux héros.

    Si vous remportez le trophée

    Qu'elle aime plus que vos euros,

    Vous l'aurez joliment bluffée ;

     

    Elle vous donnera sa main

    Avec les clés de son royaume,

    Et vous jubilerez, demain,

    D'être le plus grand des Guillaume

    Tel un vrai roi

    Fier et droit !

     

     

     

     

    L'arène   L'arène

    pour la cour de récré de Jill Bill

    10308 © 2018


    19 commentaires
  • Ôtez l'eau qui mouille vos cils,

    Ôtez-la, séchez votre peine,

    Ou vous remplirez des barils

    À la fin, pauvre madeleine...

     

    Ce nigaud, ce prince promis,

    Croit que vous tâtez un autre homme

    Dans son dos – l'un de ses amis,

    Alors vous pleurez, pauvre pomme...

     

    Vous voulez monter, je le sais,

    Vous consoler auprès des anges ;

    Allons ! Si je vous embrassais,

    Nous ferions de belles vendanges !

     

    N'attirez pas votre trépas

    Sur les fleurs de votre couronne,

    Pensez qu'il ne mérite pas

    Que vous soyez sa Desdémone !

     

    La rumeur a manipulé

    Cet Othello de bas étage ?

    Dès lors qu'il a capitulé,

    Prenez-moi comme un avantage ;

     

    Ôtez l'eau de chagrin du fond

    De vos mirettes si jolies,

    Venez, j'ai dans mon carafon

    Du vin pour mille ans de folies ;

     

    Laissez-le donc faire le mort

    À Venise, où son âme aigrie

    Se gondolera dans le port,

    Et que Cupidon nous marie !

     

     

     

     

    Le mort à Venise   Le mort à Venise

    pour la cour de récré de Jill Bill

    10298 © 2018


    18 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique