• Jusqu'à quand ?

    Mais jusqu'à quand devront encore

    Nous terrasser les soleils noirs,

    Dis, jusqu'à quand devront éclore

    Des fleurs de sang sur nos trottoirs ?

     

    Combien faut-il de funérailles,

    Combien de printemps balafrés,

    De peurs au fond de nos entrailles,

    De cœurs en deuil, de cœurs soufrés ?

     

    Combien de chagrins, de colères,

    Combien de matins déchirés,

    De menaces tentaculaires

    Sous nos rêves mal éclairés,

     

    Avant que de dormir tranquilles

    Dans nos campagnes et nos villes ?

     

    La vie est là, forte d'espoirs ;

    Ce n'est pas la dernière aurore

    Qui se lève sur ses trottoirs !

    Mais jusqu'à quand devront encore

    Nous terrasser les soleils noirs ?

     

     

     

     

    Jusqu'à quand ?

    Pensées aux victimes de l'attaque terroriste de Trèbes et Carcassonne, à leurs proches, ainsi qu'à nous tous, forcément impactés.

    10178 © 2018

    « Está nevandoLa chatte sur son soi brûlant »

  • Commentaires

    1
    Samedi 24 Mars à 10:15

    Oui jusqu'à quand , la question reste posée avec cette pertinence menaçante . Une journée pour balayer tous nos espoirs d'insouciance .

    L' impuissance devant de telles agissements , de telles incertitudes,  nous les rend encore plus terribles ces soleils noirs .

    Bises 

     

      • Samedi 24 Mars à 21:54

        Comme tu le dis si bien, Gisèle. D'un jour à l'autre, nos espoirs sont balayés une fois de plus. L'insouciance ? Je pense qu'il y a longtemps qu'elle a pris un sacré coup, nous vivons avec la menace permanente, désormais.

        Bises

        Fabrice

    2
    Ed
    Samedi 24 Mars à 10:22

    Bonjour Fabrice,

    Très beau travail, bien bel hommage.

    Ce que tu dis pourrait s'appliquer à bien d'autres sujets car, malheureusement, les "malaises" ne manquent pas dans la société d'aujourd'hui.

      • Samedi 24 Mars à 21:59

        C'est exact, Pierre. Les malaises (sans guillemets pour ma part) ne manquent pas, et on ne voit pas toujours comment trouver une solution. Un coup frappe, on tombe, on se relève, on commence à retrouver un semblant de tranquillité, et boum, un autre coup frappe... Si ça paraît sans fin, j'ai confiance malgré tout. Il faudra du temps, cela dit.

        Merci à toi. 

        Fabrice

    3
    Samedi 24 Mars à 10:53

    Oui, jusqu'à quand?

    Quand les hommes apprendront-ils à vivre ensemble en paix, dans la solidarité et la paix?

      • Samedi 24 Mars à 22:01

        Je crois, hélas, Gazou, que les Hommes sont trop complexes et compliqués, bêtes aussi (ou trop intelligents ?) pour y parvenir réellement. En théorie, tout le monde veut la paix. Mais on voit bien que le mot "paix" n'a pas la même signification pour tous. Les terroristes de daech pensent par exemple que l'obtention de la paix doit passer par l'éradication des libertés occidentales. Entre autre.

        Merci à toi.

        Fabrice

    4
    Samedi 24 Mars à 11:16

    Oui jusqu'à quand ?? Je me joins à tes mots dans cet hommage Fabrice...........♥

      • Samedi 24 Mars à 22:03

        Une question qui nous taraude, qui n'en finit plus de nous hanter, alors que la réponse nous est inconnue. Jusqu'à quand ? L'avenir nous le dira...

        Bises à toi.

        Fabrice

    5
    Samedi 24 Mars à 11:34

    Coucou Fabrice,

    Un très bel hommage à toutes ces victimes tombées sur les trottoirs ou ailleurs... Le terrorisme et la folie des hommes sont des fléaux qui malheureusement ne sont pas près de s'arrêter. Il faut apprendre à vivre avec!

    Bises et bon weekend

      • Samedi 24 Mars à 22:05

        Coucou Zaza,

        Je suis entièrement d'accord avec tes propos, même si je trouve cela effrayant l'idée que nous devions vivre avec. Mais cela traduit bien l'impuissance qui est la nôtre, face à ces fléaux qui vont continuer encore. Hélas.

        Bises et bon weekend tout de même à toi également.

        Fabrice

    6
    Samedi 24 Mars à 13:58
    Coucou. Hommage émouvant. Je crains malheureusement qu'il n'y aura jamais de réponses aux pourquoi . Bises alpines et pensées émues.
      • Samedi 24 Mars à 22:08

        Coucou Dédé,

        Je crains, hélas, que tu n'aies raison. Les pourquoi sont les même depuis 3 ans. Bien des attentats ont été déjoués, certes, mais une partie du mal parviendra toujours à passer entre les mailles du filet. Le problème c'est qu'une minorité a le pouvoir de semer la terreur et de blesser nos libertés. Ce n'est pas acceptable, mais la lutte sera longue.

        Bises d'ici, et oui, nous sommes tous émus (parce que nous savons que ça peut arriver à n'importe qui, dans n'importe quel lieu...)

        Fabrice

    7
    Samedi 24 Mars à 14:14
    eMmA MessanA

    Combien de larmes, encore ?...

      • Samedi 24 Mars à 22:10

        Les larmes n'auront pas fini de couler de si tôt, eMmA. Depuis la nuit des temps, l'humanité porte en elle cette part de mal qui lui fait du tort à elle, en premier lieu. Personne n'est jamais arrivé, depuis des siècles, des millénaires, à éradiquer cette part maléfique de l'Homme.

        Bises et merci à toi.

        Fabrice

    8
    Samedi 24 Mars à 15:58
    Renée

    Un très bel hommage.....Oui jusqu'à quand? Tant que les haut lieu n'auront pas le courage de dire résolument fermement et radicalement NON fini tout ça, rien ne changera.....Bisous

      • Samedi 24 Mars à 22:14

        Je me demande seulement ce que les gouvernements peuvent vraiment faire. Tellement de moyens sont mis en œuvre, ce n'est sûrement jamais assez face à l'ampleur de la menace, surtout, ça part dans tous les sens, ça vient de tous côtés, ça frappe çà et là, presque au hasard. Toi, moi, n'importe qui parmi nos proches et connaissances peut tomber sous le coup de ces monstres. À part éradiquer l'État Islamique par des moyens militaires (ce qui suppose aussi tuer beaucoup d'innocents, car la plupart des êtres y vivant sont otages aussi), je ne vois pas trop la solution. Encore que pour que cela soit efficace il faudrait une VRAIE coopération de TOUTES les nations, et c'est loin d'être gagné !

        Bises à toi. 

        Fabrice

    9
    Samedi 24 Mars à 17:03
    LADY MARIANNE

    une question de politique intérieure !!!
    la France pays d'accueil , qui est fauchée---- mais dispense des bons soins à tous les pauvres du monde-
    et dans le lot - des caillra qui ne pensent qu'à égorger- tuer au nom de leur Dieu !
    une honte ---- sortir le karcher !! urgent-
    marre !! la France doit nous rester !!
    bisous-
    ç' est à 70 kms de chez moi-

      • Samedi 24 Mars à 22:33

        Je partage une chose dans ce que tu dis, Lydie : tuer au nom d'un dieu, quel qu'il soit, c'est une honte, c'est inadmissible.

        Pour le reste, je dois t'avouer sincèrement que je ne pense pas comme toi, c'est le moins que l'on puisse dire.

        Déjà, le terroriste de l'Aude était français. D'origine marocaine, certes, mais français. Ce qui signifie que la France n'a pas eu à l'accueillir, c'est l'un de ses enfants qui s'est retourné contre elle. C'est très important, à mon sens, d'en être conscient. Sans compter que les terroristes qui frappent ne sont pas tous des "cailleras", comme tu dis. 

        Ensuite, je refuse l'idée de mêler la question des migrants et celle du terrorisme. C'est un amalgame que je réfute absolument. Le risque zéro n'existe pas, mais il est injuste d'assimiler migrants et terroristes. D'ailleurs, plus souvent qu'on ne le pense, ces hommes qui nous brisent sont venus de l'intérieur, sont même nés et ont grandi dans NOS pays, ces mêmes pays contre lesquels ils se retournent. N'oublions pas non plus que nous sommes tous des migrants, quelque part, qu'à une époque ou une autre, nous, nos parents, nos ancêtres, même très lointains, ont bougé. La France ne s'est pas faite et construite qu'avec la population du Massif Central. Depuis des millénaires, les êtres humains sont en mouvement, et, qui sait, demain, ce seront peut-être nos enfants, nos petits-enfants ou les petits-enfants de nos petits-enfants qui seront contraints, pour une raison ou une autre, de migrer à leur tour, de quitter la France. Il ne faut pas croire que ça n'arrivera toujours qu'aux autres. 

        Enfin, j'espère bien que la France, quel que soit le contexte, restera une terre d'accueil. Déjà, je trouve qu'elle ne fait pas suffisamment, en tout cas, qu'elle ne prend pas sa part. Et pendant ce temps, on laisse l'Italie et la Grèce (notamment) se débrouiller avec l'afflux massif d'hommes et de femmes qui quittent leurs terres au péril de leurs vies (nous n'avons pas à juger les raisons qui les poussent à faire cela, d'après moi, car peut-être que nous ferions pareil à leur place).

        Le terrorisme est une plaie. Les amalgames aussi, en sont.

        Fabrice

         

         

         

    10
    Samedi 24 Mars à 21:12

    on se croyait délivrés de ces orages , mais les nuages assombrissent encore notre horizon ... la douleur qui s'était calmée revient comme une gifle nous rappeler que là où ils veulent, ils attaquent sans discernement les pauvres hères que nous sommes  ... 

    nos coeurs sont meurtris une fois encore, toutes mes pensées aux familles endeuillées ...

      • Samedi 24 Mars à 22:39

        Personnellement, Marie-Claude, je ne me suis plus jamais cru délivré de ces orages. Depuis les attentats de Paris, particulièrement, je sais qu'il faudra beaucoup de temps avant que nous puissions tourner la page. C'est parce qu'il faut continuer à vivre, et pour cela apprendre à dompter notre peur, que nous retrouvons peu à peu, une fois la terreur passée, un semblant d'insouciance. Mais au fond, nous ne sommes plus insouciants. La douleur se calme, oui. Et heureusement. Mais comme elle est ravivée, désormais assez régulièrement, et pas seulement en France ou en Europe, elle peine à s'estomper complètement. Hélas.

        Oui, nous ne pouvons que nous sentir meurtris, déboussolés, furieux... Jusqu'à quand ? Jusqu'à ce que ce soit fini. Et c'est quand que c'est fini ? That is the question.

        Bises à toi, merci de ta visite.

        Fabrice

    11
    Dimanche 25 Mars à 05:17
    colettedc

    En effet, Fabrice, voilà la question et, comment en trouver la réponse, hélas ! Bien triste déroulement de ce jour encore ! 

    Doux dimanche tout de même !

    Bises♥

      • Dimanche 25 Mars à 13:56

        Je pense, Colette, que c'est un long processus qu'il nous faudra supporter encore. Ne perdons pas espoir qu'un jour tout cela soit derrière, mais ça prendra encore du temps, à mon avis. Hélas.

        Bises et on dimanche aussi. Merci à toi.

        Fabrice

    12
    Dimanche 25 Mars à 16:55
    celestine

    La seule chose qui relie les hommes, c'est leur folie...alors que ce devrait être l'amour.
    Nous sommes tous frères, mais ceux qui nous gouvernent l'ont oublié...

    Les poètes sont là pour le dire, mais qu'est-ce qui a changé, depuis Neruda ?

    Bisous cher Fabrice.

    Gardons courage et espoir.

    ¸¸.•*¨*•

      • Mardi 27 Mars à 09:14

        "Nous sommes tous frères, mais ceux qui nous gouvernent l'ont oublié"... Et pas seulement ceux qui nous gouvernent, Célestine. 

        Les poètes disent peut-être. Mais ils ne changent pas le monde. 

        Bises à toi. Courage et espoir ne doivent en aucun cas se laisser assassiner. Merci.

        Fabrice

    13
    Dimanche 25 Mars à 17:18

    Jusqu'à quand ?

    jusqu'à ce que nous trouvions le chemin du partage ...

      • Mardi 27 Mars à 09:16

        C'est là que le bât blesse, Pascal. Le chemin du partage existera quand on aura tous la même définition de ce qu'est le partage. Je ne veux pas paraître pessimiste mais...

        Merci à toi. Belle journée.

        Fabrice

    14
    Lundi 26 Mars à 07:37
    Chantal

    Bonjour Fabrice, nous ne connaissons plus de guerre comme nos parents mais ceci est encore bien pire car elle tombe n'importe ou ! Nul part en sécurité, ils tapent ou ça fait mal !

    Il est très beau ton texte j'adore !

    J’espère de tout mon cœur que tu vas bien,  je te souhaite un bon lundi et une heureuse semaine et, t’envoie de douces pensées amicales ♥

      • Mardi 27 Mars à 09:20

        Bonjour Chantal,

        Tu as raison, ce qui rend difficile la lutte contre cette forme nouvelle de terrorisme, c'est qu'elle frappe n'importe où, n'importe quand, mais surtout que cette idéologie se déverse subrepticement dans une certaine frange de notre société et fabrique des tueurs en puissance, ici, là... Cela peut être notre voisin, le grand frère d'un copain de classe de nos enfants, la sœur de la collègue d'une copine, etc.

        Merci à toi. Bises et belle journée.

        Fabrice

    15
    Lundi 26 Mars à 16:26

    Coucou Fabrice, bravo et merci .. comme toi je n'ai pas la réponse... je sais seulement que tant qu'il y aura des fanatiques qui tuent au nom d'un Dieu (d'ailleurs quel Dieu peut demander cela ??) ce ne sera pas terminé et pourra se reproduire hélas encore. Belle journée. Bises

      • Mardi 27 Mars à 09:22

        Oui, Fanfan, je sais, comme toi, qu'on est loin de la fin de ces violences. Comme tu le dis, le fanatisme est difficile à appréhender, les états feront au mieux, mais ne nous voilons pas la face, ce n'est pas terminé.

        Bises et belle journée aussi. Merci.

        Fabrice

    16
    Lundi 26 Mars à 21:54

    Jusqu’à quand ?
    La folie des hommes et le reste ?
    La folie des dieux et leurs restes ?
    Et si en plus, là-haut, il n’y avait personne ? Si le ciel était vide ?

    Jusqu’à quand ?

    Ton texte est touchant, juste. Cette question n’a pas de vraie réponse tant que l’homme existe sur terre.
    Une épée de Damoclès mon ami, voilà ce qui veut nous empêcher de vivre.
    Bonne semaine.

      • Mardi 27 Mars à 09:30

        C'est sûr, Etienne, que ton avis paraît, comme ça, effrayant, quand tu dis : "Cette question n'a pas de vraie réponse tant que l'homme existe sur terre". 

        Pourtant, si on est lucide un instant, on sait bien que tu n'as pas tort, au fond. Je réponds donc par une autre question : sommes-nous condamnés à la fatalité ? Peut-être pas complètement, si on parvient à empêcher certains extrémismes. Et il y a du boulot.

        Belle semaine également. Merci l'ami.

        Fabrice

    17
    Mardi 27 Mars à 04:30
    kprice2a

    Tu poses là une question qui n'est (à mon avis) pas prête de connaître sa réponse Fabrice.

    De tous temps des hommes ont voulu imposer leurs lois, leurs folies. La folie de leur soif  de domination. Je ne sais pas s'il existe un, deux, ... dix dieux ou plus,  peu importe, mais je ne peux pas croire qu'un seul ordonne de tels massacres. Massacre de personnes tombées sous les balles de ces assassins, mais massacre collatéraux aussi de familles, de populations entières qui vivent dans le chagrin et dans la peur en permanence.

    Bises Fabrice, je suis en colère ... oui, une très grosse colère ... et j'applaudis des deux mains lorsque tu parles d'amalgame. C'est tellement trop facile de jeter l'anathème contre tous ceux qui ne ressemblent pas à ce que nous sommes, n'oublions pas que nous sommes TOUS l'étranger de quelqu'un ! 

     

      • Mardi 27 Mars à 09:36

        La colère, au même titre que les autres formes d'émotions, est tout à fait normale. D'abord parce qu'on ne peut pas accepter la violence, surtout quand on se retrouve en partie démuni face à elle. Et puis, on ne peut pas se satisfaire de ces tragédies qui, comme tu le rappelles, font des victimes réelles autant que collatérales. Et minent nos sociétés, balafrent nos libertés...

        Quant à l'amalgame, il est presque aussi insupportable. Je ne jamais compris (et ne comprendrai sûrement jamais) cette façon de penser qui consiste à dresser une hiérarchie dans la détresse et la pauvreté. Aider les démunis de chez nous devrait-il empêcher d'aider ceux d'ailleurs ? Il y a des frontières, des états, je le sais, c'est une réalité, il faut faire avec. Mais je me refuse à prendre le prétexte des frontières pour penser qu'il y a des êtres humains de 1ère zone, d'autres de 2nde zone, voire encore de 3ème zone.

        Merci pour ce commentaire rassurant. Bises. Bonne journée. 

        Fabrice

    18
    Jeudi 29 Mars à 12:49
    Pastellle

    On commençait à croire que c'était fini, et puis voilà... Pas de réponse à tes questions, au contraire je m'en pose d'autres, comment en sont ils arrivés là, quand ont ils basculé, et pourquoi, et comment faire pour qu'ils ne basculent plus. Et il n'y a pas que les terroristes hélas, il y a tous les hommes, ceux qui tuent leur femme, leurs enfants, d'autres femmes, pour rien, pour on ne sait pas quoi en tout cas... Mais il y a aussi les héros, ceux qui donnent leur vie, alors on se rassure un peu. Un tout petit peu... 

     

      • Jeudi 29 Mars à 13:47

        C'est hélas le piège, Pastelle ! Sans doute sommes-nous condamnés à ne plus croire que c'est fini. La folie humaine (pas que dans le terrorisme, je te l'accorde volontiers) ne cesse de tourner autour du monde, ne cesse de nous emporter, même malgré nous, dans ses sillages douteux, obscurs, voire morbides.

        Les héros n'ont pas disparu, fort heureusement. On peut quand même se rassurer plus qu'un tout petit peu. Le monde n'est pas plus fou, pas pire qu'il ne l'était hier, qu'il ne le sera demain. Je pense qu'on a tort de faire porter à notre époque toute la bêtise et la barbarie que peut créer l'Homme. De ce côté-là, nous n'avons rien à envier aux époques passées.

        Merci Pastelle.

        Fabrice

    19
    Réjane
    Samedi 31 Mars à 10:30

    Bien des questions sans réponses, hélas. Hommage à toutes ces victimes de détraqués capables de briser des vies sans le moindre état d'âme. Triste époque, triste monde, fort heureusement il reste le poète pacifiste qui sait regarder le beau côté de la vie. Merci à toi.

      • Mardi 3 Avril à 22:57

        On a un besoin urgent de regarder la vie aussi par son beau côté (sans nier son côté sombre, pour mieux s'en défendre ou s'en prémunir). Les guerres, les bombes, les attaques, c'est assez terrible pour ne se concentrer que sur ça. C'est cruel de le dire, mais la vie continue. Elle ne va pas s'arrêter parce que des détraqués voudraient la tordre et la rendre comme EUX voudraient qu'elle soit. C'est moi qui te remercie, Réjane.

        Fabrice

    20
    Lundi 9 Avril à 09:28

    Comment se défaire de cet obscurantisme latent.. Il ne s'agit plus de religion mais de la folie des hommes. L'humain est son propre prédateur. Il a déjà commencé à détruire son espace de vie et les guerres ne servent que l'intérêt de l'ombre.. très beau texte Fabrice

      • Lundi 9 Avril à 16:39

        Je suis d'accord avec ce que tu dis, Sedna. L'Homme est forcément son propre prédateur, aucune autre espèce étant au-dessus de lui. Les choses changeraient si l'existence d'extraterrestres était avérée et si ces derniers parvenaient jusqu'à nous ? Qui sait...

        Merci à toi.

        Fabrice

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :